Association des Parents et Amis du Conservatoire de Gennevilliers

TEMPO

le bimestriel

& TEMPO +

son complément web

Accueil > Portraits > A la rencontre des professeurs > Adrien Espinouze, professeur de ney

Adrien Espinouze, professeur de ney

publié le mardi 25 février 2020

C’est après un cursus de musique occidentale que j’ai débuté à Paris l’apprentissage du ney dans l’association de Kudsi Erguner. La rigueur que nécessite l’apprentissage de cette flûte de roseau s’est révélée indissociable avec celui de l’assimilation d’un riche répertoire. Rapidement cet apprentissage m’a mené hors de France et j’ai eu le privilège de rencontrer quelques grands maîtres de ney en Turquie. Au bout de quelques années, j’ai été amenée à me produire avec plusieurs ensembles aussi bien en Europe qu’en orient, qu’il s’agisse de musique traditionnelle ou de projets d’autres horizons. Je suis aujourd’hui fréquemment sollicité en tant que pédagogue mais également pour mes connaissances sur l’histoire et la théorie de la musique ottomane.

C’est sur l’aimable invitation de Rachid Brahim-Djelloul que j’ai rejoins le département de musique orientale du conservatoire Edgar-Varèse à Gennevilliers. J’ai apprécié son approche ainsi que sa vision du musicien "oriental" de nos jours. Je rejoins son sens de l’équilibre entre la rigueur propre à l’apprentissage d’une musique traditionnelle et l’ouverture musicale dont doit faire preuve un musicien qui souhaiterait aborder un instrument issu d’une culture extra-européenne.

Par Adrien Espinouze, professeur de ney au conservatoire depuis septembre 2019

2009-2020 Association des Parents et Amis du Conservatoire de Gennevilliers